samedi 11 août 2012

Une mise au point


Centre d’informations du Saint-Siège d’Etchmiadzine.

Après avoir pris connaissance de l’article intitulé « l’Eglise dénonce-t-elle les citoyens de la République d’Arménie ? » publié par un groupe anonyme de citoyens de la République d’Arménie sur le site internet du journal « Hedq », le centre d’informations du Saint Siège d’Etchmiadzine annonce qu’il ne répondra plus à l’avenir à de telles déclarations qui sont à la fois calomnieuses, provocatrices et blessantes. Toutefois, considérant l’émotion artificiellement crée dans l’opinon publique, et entendant ne pas se taire devant cette scandaleuse manœuvre visant à diviser l’Eglise arménienne, nous considérons comme indispensable de publier la mise au point suivante à ce sujet.

Depuis des siècles, du fait des circonstances historiques, et aujourd’hui plus que jamais, surtout à l’Etranger, en même temps que sa vocation spirituelle, l’Eglise apostolique arménienne, remplit une mission de préservation de l’Arménité en se préoccupant de la conservation de l’identité nationale et d’une meilleure organisation de la vie religieuse et communautaire. De ce fait, dans les différents pays du monde, l’Eglise arménienne est considérée par les Arméniens comme la structure et l’institution la plus sûre à laquelle ils font appel et à laquelle ils se confient lorsque, volontairement ou pas,  ils ont du se réfugier à l’Etranger. Depuis l’indépendance et dans les années qui ont suivi, du fait des conditions socio-économiques difficiles, des citoyens de la République d’Arménie installés dans différentes communautés de la Diaspora connaissent des problèmes, parmi lesquels, ceux liés à leurs documents d’identité. Ces problèmes  ont été, ou sont actuellement, réglés par l’intermédiaire des diocèses de l’Eglise arménienne.

Dans le  but d’apporter son aide aux citoyens de la République d’Arménie se trouvant en situation délicate du point de vue de leurs documents d’identité et afin de  permettre l’élaboration d’une politique appropriée de régularisation par les instances du ministère des migrations de la République d’Arménie, considérant l’expérience de l’Eglise apostolique arménienne en la matière, le gouvernement s’est donc adressé au Saint Siège d’Etchmiadzine.

Afin de constituer un tableau vrai de ces situations en diaspora, le Saint Siège d’Etchmiadzine a accepté d’aider les autorités publiques arméniennes afin de trouver des solutions appropriées à ces questions  et pour entreprendre toutes les démarches nécessaires dans ce sens.

Il convient de préciser qu’il ne s’agit non pas ici de données personnelles concernant des citoyens de la République d’Arménie mais de documents établissant l’identité et la citoyenneté de personnes ne possédant pas de papiers d’identité.

L’Eglise n’a pas d’autre objectif que d’aider les Arméniens établis dans ces différents pays à ne pas sombrer pas dans l’illégalité et pour qu’ils puissent vivre une vie digne et décente.

Considérant tous ces éléments, cet article rédigé au nom de citoyens de la République d’Arménie est  absolument irrecevable, et, au regard des services rendus à notre peuple, empli de qualificatifs inacceptables à l’égard de l’Etat et de l’Eglise arménienne.

Il est très regrettable que cette bonne volonté de l’Eglise et du clergé dans ce domaine soient ainsi caractérisée de manière aussi malveillante et qu’un groupe de gens se disant très « préoccupés » par cette situation et se présentant comme des « sauveurs » puissent ainsi tenter de saper l’autorité de l’Eglise arménienne, de noircir le clergé arménien depuis son Patriarche jusqu’aux simples prêtres des paroisses, créant ainsi à leur égard un sentiment de défiance dans les relations entre l’Eglise et la société.